Sélectionner une page

 
Article

A la découverte de la technologie du LED floor et de ses coulisses

Partez à la découverte des coulisses de cette installation unique, des équipes techniques juste géniales qui travaillent sous le floor ou tout en haut de l’arène pour vous proposer des expériences uniques !

Réalisé par

les équipes techniques
une 15aine de personnes

dont Dominique  Lassarat
directeur d’Alabama média

et Roberto Vitalini
concepteur vidéo de la Fête des Vignerons 2019

Caroline Coquerel / Kokocinski
médiatrice plateforme artTechs.io

A propos d’Alabama

La société a été créée en 2007 et propose des services techniques audiovisuels liés à la conception, la production, la gestion et l’exploitation de l’événement. Quelques services : vidéo projection, écrans LED ; régies vidéo, gestion de contenus.

A propos de Roberto Vitalini

Concepteur vidéo de la Fête des Vignerons 2019, Roberto Vitalini est né en 1971 à Lugano. Il est à la tête de BASHIBA SA, une société qui s’occupe d’univers imaginaires, vidéo art, interactive art, vidéo scénographies. Depuis 2009, Roberto signe la scénographie vidéo des productions mises en scène par Daniele Finzi Pasca.
<source www.fetedesvignerons.ch>

Quelques caractéristiques techniques, impressionnantes !

Un sol de 

12’828’672

LEDs !

1 LED fait quelques millimètres de côté et possède 3 couleurs, ce qui permet de coder toutes les couleurs en RVB.
Il y a 32 x 32 pixels LED par dalle
4 dalles par panneau
3132 panneaux

donc 32 x 32 x 4 x 3132 = 12 828 672 LEDs !

un poids de

65 tonnes

hors cablage !

3 IPN en bois
Supportent des frames en métal de 50 cm x 150 cm
Chaque frame supporte 3 panneaux
10 à 12 kg par panneau

le total de la structure hors câblage, dépasse les 65 tonnes !

Le challenge du montage

10 personnes d’Alabama +10 manutentionnaires à la chaîne pour la livraison pour décharge et installer le floor qui est arrivé dans 9 semi-remorques !

Des sandwichs vidéo

Chaque dalle se compose d’une sorte de sandwichs à 4 layers :
– La plaque et les micro-processeurs nécessaires au fonctionnement des LED
– D’un côté 32 x 32 LEDS et la plaque de protection
– De l’autres côté : vis, prise et aimants

Un système en série avec plus de 12 km de câbles souterrains !

Toutes les dalles sont montées en série. Il y a au minimum 2 câbles par panneau, 1 pour l’alimentation et 1 pour le signal avec une prise RJ45, ce qui fait plus de 6’000 straps.

Un centre technique souterrain

Il y a 3 grandes parties :

le centre
de maintenance

la régie
souterraine

la
grotte

le centre
de maintenance

Dans Le centre de maintenance, une équipe travail à la maintenance des dalles. Leur travail ? Dessouder et ressouder des LEDS sur les dalles, et corriger les faux contacts. Ainsi les dalles ne sont pas simplement jetées comme certains pourraient le penser, mais maintenues et réutilisées.
Pendant le show, la maintenance est réalisée en permanence par les équipes !

la régie
souterraine

Le mur LED floor est divisé en 6 parties, ce qui fait qu’il y a 6 signaux principaux + 2 flux venant des écrans verticaux est-ouest et nord-sud.
Tous les signaux sont transmis à travers de la fibre optique.

la
grotte 

Passant beaucoup de temps dans ce sous-sol, les techniciens se sont aménagé ce qu’ils appellent leur grotte.
A savoir, il existe un jeu entre le floor et le sol de l’arène et le centre technique, se trouve dessous. Vous imaginez que les vaches passent juste au-dessus ? 😊

Un sous-sol féérique

De sublimes photos prises par Roberto !

Un système plug & play ! Avec des innovations de l’équipe vidéo

Les dalles sont reliées à la structure avec une simple prise, leur changement sur le floor est donc très simple.
Grâce à l’inventivité de l’équipe, un aspirateur Dyson a été modifié et grâce à son aspiration plus forte que les aimants, aspire la dalle et permet de remettre la suivante. Tout cela en un temps record !
Et la dalle fonctionne directement !

Des dalles jamais arrêtées

des dalles
allumées
depuis le 10 mai !

Il faut savoir que les dalles se ventilent elles-mêmes, et qu’il ne vaut mieux jamais les éteindre. Les dalles LED sont ainsi allumées depuis le 10 mai !

Les LED sont aujourd’hui optimisées en terme de consommation. Celle-ci est la plus élevée quand l’écran est blanc, cela correspond à 2’700 ampères par heure pour tout le floor. Mais le « tout blanc » arrive rarement, le plus est lors du lancement de la ronde de la Poya.

Des images uniques

Résolution LED 5568 x 2304 -> taille des images générées par Roberto.

Une régie tout en haut de l’arène !

Il faut montrer des escaliers bringuebalants au-dessus du vide – la régie est en effet déportée par rapport à l’arène – pour atteindre les containers posés tout en haut, sur 3 niveaux pour la vidéo. Vue sublime, mais attention au vertige, car on voit le sol à travers les grilles !
Par contre, la vue est sublime sur l’arène, le sol LED et les paysages tout autour.

 « Tout est time codé » partage Aurélien, « et 95 % des médias sont automatiquement diffusés. Sur les 2h45 de spectacle, il y a 8 moments où des images sont envoyées live, comme quand le grand-père court ou à la fin du Lyoba. Les images sont en effet fixes tant que les animaux sont là, et on attend qu’ils soient partis pour reprendre les animations. »
« Pour les 4 écrans sur la couronne, une alternance est réalisée entre les écrans nord-sud et est-ouest pour la diffusion soit d’images pré-enregistrées ou bien de prises de vue live par les caméras. » ajoute-t-il.

Les challenges

– La plus grande surface jamais montée ! Les escaliers étaient initialement prévus aussi !
– Les délais très courts pour monter le LED Floor
– Les conditions météorologiques extrêmes avec la canicule et aussi les orages
– La durée du spectacle pour toute l’équipe qui doit être là plusieurs heures avant et aussi après le spectacle. Cela fait vite plus de 10h de travail par jour et encore plus quand il y a eu 2 spectacles !
– Le changement des dalles. Avec ce principe simple, les dalles peuvent être changées rapidement. Elles sont en effet très sollicitées notamment lors du passage de la calèche et les passages des tracassets. « Avant on changeait les dalles juste avant le spectacle, maintenant on le fait même pendant ! » précise Cédric « il se passe tant de choses quand le voile du lac est sur la scène. »
– La maintenance qui se fait dessus et dessous. Ainsi il y a un repérage en sous-sol qui peut être affiché sur l’écran pour coordonnées les équipes in et out-door.

« Pour notre société, c’est un sacré défi » précise Dominique « et en même temps ce type d’installation représente tout à fait notre mission de repousser les limites de la technologie au service des arts et des émotions des spectateurs. Nous sommes ravis de l’avoir relevé et sommes entrain de relever les prochains challenges ».

A retenir

La gentillesse, la passion et l’implication de ces équipes qui travaillent en coulisses, dans l’ombre, pour que le spectacle soit unique ! « Ils répondent toujours présents et il y a toujours quelqu’un de disponible, ce qui est important quand on teste quelque chose qui n’a jamais été testé » précise Roberto, « ils sont incroyables et on peut vraiment compter sur cette superbe équipe. Nous sommes ravis de cette collaboration et surtout de ce résultat unique ».

Un magnifique souvenir : la diffusion par Aurélien de l’oiseau de feu, vu depuis la Régie, un des merveilleuses créations de Roberto réalisé par Antoine Géré, qui est un des fondateurs d’Holymage.

Pour en savoir plus :

   

La compagnie de Daniele Finzi Pasca

finzipasca.com

Découvrez les passionnantes starts-ups, projets et acteurs principaux actifs dans les artTechs

Contact & réseaux sociaux

Si vous souhaitez en savoir plus, être référencé-e ou participer

N’hésitez pas à me contacter ou nous suivre sur les réseaux sociaux